Uncategorized

L’indifférence du cosmos

Nous prîmes la route à l’aube, lorsque la nuit commençait à se dissiper. Une nouvelle journée se dévoilait sous nos yeux, et révélait un monde à la fois habituel et inconnu. Dans le bleu gris du ciel, je voyais la puissance de la nature. Je prenais conscience de l’immensité du monde et de son rythme éternel, de sa respiration cosmique, et de son indifférence totale face à notre vie et à notre mort. Les hommes mouraient, et le soleil continuait de se lever.